28.3.03

schizophrénie

Le rapport annuel de la Commission Nationale Consultative des Droits de l'Homme (CNCDH) nous apprend trois choses, inquiétantes et significatives : la recrudescence des violences et menaces racistes, l'explosion des actes antisémites (qui représenteraient plus de 60% de ces violences), l'indifférence des Français face à ce phénomène.
Nos conclusions ? La grande mobilisation d'entre les deux tours n'était qu'un leurre, un immense happening publicitaire que la France, honteuse d'être prise la main dans le sac de la haine, adressait au reste du monde ; toutes les occasions sont bonnes, à ce brave peuple au passé lourd, pour désigner, accuser, accabler (et plus, malheureusement) le Juif ; cette évidence, enfin : plus le nombre de racistes croît, moins on trouvera de gens pour s'en plaindre.

La France contemporaine est schizophrène. Elle se trouve belle et résistante, elle fut abjecte et collaboratrice ; généreuse et amie des petits, alors qu'elle est un des pays les plus colonisateurs qui soit ; anti-Le Pen, mais raciste, ce qui la conduit à voter pour le premier et descendre dans la rue pour s'en offusquer. Et si cette schizophrénie s'appelait "patriotisme" ? Pas le patriotisme conquérant des Etats-Unis, pas le patriotisme arrogant de la Grande-Bretagne. Non. Le patriotisme faux-cul et mal dans sa peau de la France.

Site Feed