21.3.03

destruction

L'Irak possède encore des armes de destruction massive, des armes chimiques ; ce fut l'un des motifs de guerre avoué par le triumvirat belliqueux, Etats-Unis, Royaume-Uni, Espagne. A voir la résistance de l'armée irakienne en ces premiers jours de conflit, on est en droit d'en douter. Et l'on peut s'en réjouir. Ainsi, il viendrait presque à quelques "pacifistes" l'idée que les inspecteurs ont parfaitement mené leur mission, désarmer l'Irak, et que cette guerre, à tout bien considérer, n'est pas si légitime que ça. A cela, les partisans d'une intervention militaire répondent : nous voulons renverser le sanguinaire régime de Saddam Hussein, libérer le peuple irakien. Bah ouais. Permettez-nous encore de douter de vos bonnes intentions. L'histoire, cette science longue et difficile polluée en amont par la propagande et en aval par la révision, nous le dira. Peut-être.

Comprenons que le XXIe siècle naissant, comme le XXe siècle pourrissant, aime les armes de destruction pourvu qu'elle ne soit pas massive (la destruction). Taquins, nous poserons encore ces questions : quel pays fit l'emploi de bombes nucléaires au Japon ? de bombes au napalm au Vietnam ? de missiles à l'uranium appauvri au Kosovo ?

Site Feed